Fiona BARTON - The Child

fiona barton - the child Voici ma critique du nouveau livre de Fiona Barton, "The Child", bien mieux que son premier roman et qui nous dévoile le destin croisée de 3 femmes liées à la découverte du squelette d'un nourrisson, mort il y a plus de 20 ans de cela.

Résumé: Sur un chantier de rénovation pour les prochains jeux olympiques à Londres, le squelette d'un nourrisson est découvert. Tout porte à croire qu'il est là depuis très longtemps et du coup ce terrible fait divers ne fait pas la une des journaux. Pourtant, cette brève va bouleverser l'univers de 3 femmes. En premier lieu pour Angela, qui revit à travers cette funeste découverte la disparation de sa fille, qu'on lui a dérobé sa fille à la maternité il y a quarante de cela. Depuis, elle reste dans le vain espoir de la retrouver.
Pour Emma, jeune éditrice en free lance, c'est surtout le lieu qui lui rappelle son adolescence difficile, et ces souvenirs font remonter à la surface un secret qu'elle pensait avoir oublié. Fragile psychologiquement, la voilà terrorisée à l'idée qu'on puisse revenir vers elle.
Enfin pour Kate, journaliste en proie au doute face à la mutation digitale de son méter, se dit que c'est une histoire qui mérite d'être creusées et qu'il y a forcément d'autres secrets derrière...
Entre désirs, remords et opportunités, les destins de ces 3 femmes vont être bouleversés à tout jamais.

Remarque: lu en anglais
Titre en français: La coupure
Ma note: ma note
Ma critique:

Même si le précédent livre de Fiona Barton, La veuve (The Widow), ne m'avait pas laissé un grand souvenir, j'avais apprécié son style, très anglais et bien écrit, et très facile d'accès. Avec les très bonnes critiques de ce nouveau roman, je me suis laissé tenté et cette faiblesse a été un vrai plaisir. C'est un splendide livre, un thriller et une histoire de femmes. Un livre à 3 facettes où chaque protagoniste dévoile tour à tour un pan de l'histoire, et chapitre après chapitre, on devine au travers de ce jeu de miroirs le drame survenu il y a tant d'années. Le voile flou des souvenirs se dissipe et même si on comprend assez vite le lien de parenté du nourrisson, on reste captivé par l'histoire, le mystère et ce besoin malsain de comprendre la raison pour laquelle l'enfant s'est retrouvé là.

Le livre débute donc par cet article de presse sur ce macabre fait divers où le squelette d'un nourrisson est découvert lors d'un chantier de rénovation d'un quartier proche des futurs installations des Jeux Olympiques. L'article reste bref du fait que tout porte à croire qu'il est là depuis 20 au moins. A sa lecture, Angela se reprend à avoir espoir. Et si ce bébé était sa fille Alice? Bébé qui lui fût enlevé alors qu'elle était toujours à la maternité?
Cet article émeut également Emma, correctrice freelance, qui se rappelle du lieu où a été découvert le corps. Juste en face de là elle habitait quand elle était adolescente. Cette période lui remémore les heures noires de sa jeunesse, de ce quartier populaire et de sa relation difficile avec sa mère, qui l'élevait seule. Ses pensées étant assez hachées, désordonnées, que l'on se demande même s'il n'y a pas une sorte d'auto-persuasion, d'affabulations sur ce rapprochement entre elle et le défunt enfant.
C'est d'ailleurs ce qu'essaye de valider la journaliste, à a recherche d'un scoop éloigné des épiphénomènes de la jet-set ou de la télé-réalité. La journaliste nous replonge dans le réel et le sordide en comptant les espoirs vains d'Angela, qui espèrent toujours 40 ans après de découvrir la vérité sur le kidnapping de sa fille...

La force du livre est de tenir en haleine le lecteur avec le destin de ces 3 femmes, avec un bel effet miroir, montrant et déformant l'intrigue. On se doute assez vite qui est la mère, mais ce sont le contexte et les raisons qui nous échappe. La fin du livre va au-delà de nos espérances et ouvre un nouveau pan de l'histoire, que les protagonistes ont occulté de leur mémoire.
Une très belle et forte histoire que Fiona Barton a imaginé là, et une nouvelle écrivaine à suivre.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/654

Fil des commentaires de ce billet