John Niven - No Good Deed

John Niven - no good deed Alan Grainger est le roi de la critique culinaire sur tout le Royaume-Uni. Alors qu'il déambule dans les rues londoniennes pour chercher l'inspiration, il se fait accosté par un SDF.
Ce vagabond n'est autre que Craig Carmichael, son ancien pote de lycée, son idole de l'époque à Édimbourg, avec lequel il avait fondé leur premier groupe de rock, avant que Craig ne trouve des musiciens plus talentueux et ne connaissent la gloire (assez éphémère) et s'en aille vivre aux USA.

Embarrassé dans un premier temps mais bien décidé à l'aider, Alan propose à Craig de venir loger chez lui dans sa splendide maison dans le Norfolk. Alors que Craig se remet sur pied et trouve un nouveau job, la chance pourrait de nouveau tourner en sa faveur, mais également se retourner contre son protecteur.

 

John Niven s'est fait connaître il y a quelques années de cela avec 2 livres majeurs "Kill your friends" (adapté au cinéma) et "enfants terribles". Ses héros sont souvent liés au monde de l'édition, du paraitre où le faire-savoir est plus important que le savoir-faire.
Dans ce livre, son héros est du même acabit et il sait bien que sa réussite tient à peu de choses. Alan Grainger connait une gloire dandy malgré lui: sa réputation de critique culinaire est surtout due à un effet de mode d'une part, et d'autre part, sa fortune tient surtout à la famille de sa femme, ainsi qu'une chance inouïe dans leurs investissements immobiliers. Bref, beaucoup de chances ont fait de lui un homme riche et heureux, sans qu'il n'ait eu trop besoin à forcer.
Et quelle surprise de voir son ancien pote Craig Carmichael en SDF! Étudiants, Craig était la star de l'université et d’Édimbourg tout entier avec le succès fulgurant du groupe de rock de Craig. Copains d'enfance, Alan avait même fait partie du groupe à leurs tout début, et avait dû laissé sa place à un bien meilleur bassiste que lui, il faut bien l'avouer. Quoiqu'il en soit, il avait toujours vénéré Craig et avait suivi sa carrière les premiers mois, avant que Craig et sa bande ne partent aux USA pour une tournée mémorable et ne jamais revenir...
Alors qu'Alan pensait que Craig se la coulait douce sous le soleil californien, le voilà confronté à cette dure réalité, et décide d'aider son ancien pote, même si cela va couter bien plus qu'il ne le croit.

Avec une entame de la sorte, on pourrait croire que le destin croisé des 2 hommes fasse un effet balancier et que la chance tourne en faveur de l'ancienne star du rock, et que l'infortune s’abatte sur le chanceux Alain Grainger, de la plus dure des manières.
Sans vous gâcher la fin, l'intrigue du livre se construit sur le destin croisé de ces 2 anciens amis et à savoir s'il va y avoir un nivellement de la chance, de la fortune (comme dirait les poètes) entre les 2 potes, entre Craig, qui a connu une énorme coup de chance à ses débuts et qui n'a pas su la garder, et Alain, jeune homme ordinaire, qui a rencontré une multitude de petits cailloux porte-bonheur sur le parcours de sa vie...
A travers de petites anecdotes assez amusantes (le diner catastrophe chez le beau-père, duc de son état; les soirées arrosées, la partie de chasse), le lecteur entrevoit une possible chute et renversement des rôles, sans trop y croire. C'est surtout cette ambiance dandy (si le livre se déroulait à Paris, l'ambiance serait résolument Bobo!) de cette vie un peu facile, flegme et nonchalante. Le personnage d'Alan Grainger est un gars gentil, qui profite gentiment du système, sans en abuser, et qui regarde amusé les absurdités de ce monde qui l'entoure. C'est plaisant à lire, même si on s'attend à découvrir un engrenage tordu et implacable à la Douglas Kennedy. Je vous n'en dit guère plus et je vous laisse découvrir la fin (la chute?!?) de ce destin croisé.
Le ton du livre reste léger et nous rappelle ce que nous pensions devenir, ce que nous pensions être, et ce que nous sommes devenus. Certains l'assument, et d'autres se laissent toujours aller à de belles fausses paroles...

Quelques liens:

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/660

Fil des commentaires de ce billet