Ayant toujours pensé qu'il valait mieux gâcher sa jeunesse que de ne rien faire du tout, je suis heureux de constater que cet aphorisme d'Anouilh m'a été plutôt bénéfique.... enfin, presque.
Certes, comme se plaisaient à dire mes professeurs quand j'étais étudiant: peut mieux faire...
Mes années lycées ont surtout des années de découvertes, de délires et de grandes amitiés, le tout baigné dans un mal-être mélancolique d'une crise adolescente mal gérée.
Que voulez-vous, la vie est faite de hauts et de bas. Il y a des moments qui sont si hauts, si enivrants que l'on est proche de l'overdose mais que l'on oublient très vite; et il y a ces secondes d'éternité dans les profondeurs abyssales de l'âme humaine qui vous marquent à jamais et qui vous rendent plus grand, une fois la tempête passée...
Et vivre tout ça, les jours sans hauts ni bas, font que je les savoure avec un certain sourire, une certaine satisfaction qui fait chaud au coeur, qui vous rassure, telle la sensation douillette d'un bébé posant sa bouche édentée sur la chaleur d'un sein maternel. L'important est de savoir en vie et d'avoir un but. Alors, lecteurs virtuels, vivez, oui, VIVEZ, prenez votre vie à 2 mains même si ce n'est pas vers le bon chemin: l'essentiel est d'agir, de vivre, d'avoir la liberté de choix... et le devoir de choisir.
Et pensez surtout, comme me le rappelle ma copine, qu'il y a une vie en dehors du monde virtuel d'Internet.
Comment vient-on à créer l'Atoma-On-Line? Eh bien, cela est relativement simple. Revenons à l'époque dy Lycée avec une bande de copain de la Celle Saint-Cloud (78) et de ses environs, nous avons créer le M.A.I., journal placardé sur les murs du Lycée dénonçant la sclérose bureaucratique du Saint Empire Cornélien et invitant ses lecteurs à la Maïeutique et à ouvrir les portes du délire: the Gates Of Delirium ou autre Délire Infiniment Ethylique et Universel (le D.I.E.U). Notre troupe divine (nous avions tous des noms de Dieux...) a même failli créer une association loi 1901, mais la direction du lycée me vira 2 semaines avant mon bac... Aïe!
Traînant ainsi une réputation de créateur de publication de langage ordurier (dixit M. Forgerit, ancien proviseur du Lycée Corneille) et une quarantaine de numéros délirants, j'ai dû plus me concentrer sur mes études de BTS Compta-Gestion, et puis de toute façon, quand un seul être vous manque, le délire ne peut venir. Et c'est tant mieux pour les études...