La première partie, Wastefall, un groupe Metal-Prog grec (et oui ça existe) assez péchu et de bonne facture a effectué son rôle de chauffeur de salle. C'est donc après 20 minutes d'attentes, après que les roadies mettent en place les 3 micros (la batterie et les synthés étaient déjà en place), et une annonce que Pain of Salvation souhaitait que personne ne fume, que le concert commença avec les 2 premiers morceaux du dernier album.
Ensuite, PoS a enchaîné un tour d'horizon de leur discographie, piochant dans tour leurs albums. Evidemment, j'attendais quelques interprétations de "Be" (2004) mais je fus assez déçu par les 2 morceaux interprétés. Ah, qu'est-ce que j'aurais donné pour entendre "Iter Impius". Mais non... dommage... Le concert avait un très bon son (quoique un peu trop dans l'aigüe pour moi) mais surtout une voix, celle de Daniel Gildenlöw, et même meilleur qu'en studio. En effet, à la différence du studio avec les différents effets de voix, là, on voit que c'est bien lui qui les fait toutes! Quelle voix, je crois même que c'est la meilleure prestation vocale à laquelle j'ai assisté. Ce mec sait tout chanter, et en plus, il joue divinement bien de la guitare!
Le concert de PoS a été une interprétation sans faille, avec un excellent charisme de tout instant avec un Daniel en très grande forme, aimant motivier son public à gueuler.
L'ambiance était assez festive, même si, durant ce genre de concert, on écoute plus qu'autre chose: cela faisait même depuis belle lurette que je n'avais pas fermé les yeux pour me concentrer sur la musique, au lieu de taper du pied et de beugler sur la musique.
Faut dire que la musique de Pain of Salavation est assez technique, avec un construction musicale intelligente. Tout comme Dream Theater, il est difficile de se défouler sur cette musique, pourtant métal. Mais nous nous sommes tous rattrapés sur le furieux "Disco Queen", avec Daniel Gildenlöw et de nombreux fans avec des perruques multicolores.
Aux rappels, PoS nous stupéfia avec la reprise magique de "Hallelujah" de Leonard Cohen, pleine d'émotions et de puissance et termina ensuite par un "People Passing By" surpuissant. Ma deuxième déception est qu'ils ne jouèrent pas le morceau que tout le monde attendait: "Spitfall", le meilleur morceau du dernier album. Tant pis et merci quand même pour cette prestation!