Ma critique:

Robert Wilson est un baroudeur et après l'Afrique de ses débuts, ses intrigues tournent toujours désormais autour de l'Espagne et de l'Angleterre. Dans cette deuxième enquête de Charles Boxer, nous sommes juste après la résolution de sa précédente affaire, mêlant un milliardaire indien à ses anciennes relations mafieuses et terroristes. Cette enquête avait encore plus tranché les relations entre Charles, son ex-femme Mercy et leur fille Amy.
En fuite sur Madrid, la jeune Amy se retrouve bien vite dans les pattes de l'homme qu'il ne faut pas: El Osito, un caïd local. Maltraitée et dépecée par cet ours sanguinaire, on se dit que le livre sera la quête macabre de Charles Boxer, suivi d'une terrible vengeance contre le milieu de la drogue à Madrid.

En un sens oui, mais le fait que Charles Boxer découvre très vite la mort de sa fille, qu'il arrache assez vite les aveux du psychopathe avant que celui-ci ne s'évade. Le lecteur est pris d'un doute, tout comme le héros. Doute confirmé par la police espagnol qui confirme que la partie du corps retrouvé n'est pas forcement celui de sa fille.

Certain qu'elle est toujours en vie, Charles Boxer se retrouve de nouveau à la case départ, avec en plus Cartel est à ses trousses. Et il peut difficilement demander de l'aide à son ancienne épouse, qui doit mener l'enquête du kidnapping du fils d'un ancien haut dignitaire russe. Au bout du premier tiers du livre, on ne sait plus quoi penser sur la disparition de la jeune Amy. Comment a-t-elle pu manigancer/maquiller sa propre mort? Ou bien est un mauvais télescopage? Et que comprendre sur le kidnapping du jeune Sasha?
Robert Wilson nous ballade entre l'Angleterre et le Royaume-Uni, en passant d'une enquête à l'autre, jusqu'à la découverte d'un témoin commun. Le dernier tiers du livre devient alors une addiction, une course-poursuite contre le temps perdu, à la recherche des 2 jeunes ados.
Un récit mené avec brio!

Quelques liens: