Stuart MacBride - Blind Eye

Stuart MacBride - Blind Eye En ces temps de confinement, rien de mieux qu'un polar de Stuart MacBride pour tuer le temps! Et là, avec ce Blind Eye, j'ai été gaté.

Intrigue: Il n'y a pas que le soleil qui est aveuglant cet été-là à Aberdeen. La communauté polonaise est en proie à une attaque raciste la plus ignoble qu'il soit. Les yeux des victimes se retrouvent énuclées et brulés. Les survivants ne veulent rien dire, de peur qu'on s'attaque à leur proche.
Pour l'inspecteur Logan MacRae, cela semble un règlement de compte entre bande mafieuse mais difficile de suivre une piste quand tout le monde se tait, et qu'il n'y a plus de témoins oculaires. L'enquête s'accélère et se complique avec l'une des figures de la pègre d'Aberdeen, Simon McLeod, qui est également victime de cette affreuse mutilation.
Toute la police d'Aberdeen est aux aguêts, une guerre sans visage ni yeux est en proie à faire feux de tout bois dans les rues de la cité granitique...
Ma note: ma note
Remarque: lu en anglais
Ma critique:...

Un polar de Stuart MacBride, c'est comme un très bon hamburger: c'est gros, gras, légèrement dégoulinant, relevé voire même épicé et on sait le plaisir que l'on va avoir à le dévorer. Certes, on sait qu'il n'y aura rien de bien nouveau mais le plaisir reste là, et ses polars sont suffisamment goutus pour qu'on ne frôle pas l'indigestion, ni le ras le bol.

Je ne suis pas arrivé à me procurer les 2 épisodes précédents (Flesh House et Halfhead) mais ce n'est pas trop grave. L'excellent inspecteur MacRae joue de malchance malgré la réussite dans ses investigations. Malheureusement, la résolution de ses enquêtes est trop souvent accompagné d'un désastre (mort ou accident grave d'un collègue) qui fait qu'il peine à monter en grade. Et c'est justement cela qui est drôle. C'est un bon flic, sérieux et travailleur, mais entouré de collègues assez maladroits qui l'enfoncent et ne l'aident vraiment pas.
Et c'est justement cette vie tumultueuse du commissariat d'Aberdeen qui offre tout le charme aux livres de Stuart MacBride. C'est un peu comme une famille, avec ses petites histoires, ses petits drames et quelques grosses affaires. Les romans de l'auteur écossais ne se concentrent pas sur la solitude du flic, mais bel et bien sur la vie en groupe, avec ses petits chefs tyranniques et plaisants à la fois.
C'est à croire que Stuart lui-même a du subir les foudres de ses anciens chefs et qu'il nous les refoulent avec un sarcasme férocement drôle.

L'enquête est quant à elle un peu tiré par les cheveux (ou par les yeux): Aberdeen continue d'être le centre mondial des crimes et de la pègre avec au beau milieu, des simples flics avec juste une bombe lacrymogène en simple défense. Cette guerre de clans est aussi l'occasion de tisser un peu plus les racines du mal de la cité granitique, et de nus faire découvrir des nouveaux méchants, pour la suite des aventures de l'inspecteur Logan MacRae.

Références

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/684

Fil des commentaires de ce billet