NihsahshsaH de HASHSHASHIN

HASHSHASHIN

NihsahshsaH NihsahshsaH (2018) ma note 

Hashshashin est un groupe australien de métal éclectique résolument tourné vers le moyen-orient. D'une part avec l'utilisation importante du Bouzouki (instrument d'origine greque, sorte de mandoline au son tranchant) et ces mélodies empreintes de folklore ancestral du moyen-orient. Et d'autre part avec le choix de leur nom, faisant bien évidemment référence à la guilde des assassins enivrés de Haschich du temps des croisades.
En reprenant leur devise (ou bien celle inventée par William Burroughs pour désigner le credo des Hashshashin), à savoir que "rien n'est vrai, tout est permis", ces australiens se sont lancés dans un style des plus éclectiques: faire du métal folklorique flirtant avec le drone métal et le rock psychédélique.

Concrètement, cela sonne comment? Et bien c'est avant tout un rock instrumental bouillonnant, presque métal (voire math métal), développant un son tribal qui prend tout autant aux tripes qu'au cerveau.
C'est en effet une musique très rythmique, très saccadée, autant par la batterie que les instruments (guitare, basse, bouzouki et didgeridoo). Le groupe a ajouté une sonorité "drone" (qui pour rappel se caractérise par des plages musicales présentant peu de variations harmoniques mais avec de nombreuses notes répétées et maintenues). Ces répétitions de notes saccadées, catharsiques par moment, développent une véritable sensation hypnotique, comme l'effet visuel d'un stroboscope, annihilant l'impression de vitesse. Au bout de 2 minutes, vos oreilles et votre cerveau deviennent vite désorientés par ces effluves sonores chamaniques.
Lachlan R. Dale, le maître à penser de Hashshashin, a parcouru une bonne partie du Tibet et du Népal, avant d'enregistrer ses premières demos. Il a su rapporté de ce périple des sonorités subconscientes qui prennent le pas sur votre conscience et vous plonge en état de transe.

A noter qu'il s'agit là de la deuxième version de l'album (la première version ayant paru 2 ans plus tôt en 2016) a été refaite avec le guitariste Simon Dawes, qui a rajouté quelques pistes de guitares plus soutenues et plus expérimentales, poussant au delà le choc des civilisations entre la musique moyen-orientale et le métal.
Le petit label anglais "Small Pond" ne sait pas trompé en ayant financé cette version et le label en a profité pour ajouter quelques morceaux live pour mieux le promouvoir dans nos contrées en ce début d'année 2018, et ce pour le plus grand bonheur des mélomanes accrocs au rock éclectique.

Informations sur l'album:

  • La Track-list:
    1. Prostration 03:10
    2. The Ascetic 03:18
    3. Immolation 05:46
    4. Ascension 04:08
    5. Levitation 09:32
    6. Disintegration 03:38
    7. Moksha 05:11
    8. Derge 03:54
    9. Rebirth 04:43
    10. Prostration (Live) 03:39
    11. The Ascetic (Live) 02:41
    12. Ascension (Live) 04:53
    13. Moksha (Live) 06:18
    14. Levitation (Live) 09:13
    15. Immolation (Live) 05:58
  • Informations:
    • Sortie le: 16 février 2018
    • Produit par: Tim Carr
    • Sur le label: Art As Catharis (Australia) / Smallpond (Europe)
  • Genre: Math-Rock tribal
  • Site officiel: https://hashshashin.bandcamp.com
  • Spotify : NihsahshsaH
  • Le meilleur titre: Immolation
  • Extrait en écoute:

revue de mes albums chroniqués ces dernières années:

2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | 2019 |  }

Mes artistes de préférence

HAKEN - YES - ART AGAINST AGONY - SHINING - INTERPOL - David BOWIE - GALAAD - FILTER - NINE INCH NAILS - GENESIS - MARILLION - THE THE - VAN DER GRAAF GENERATOR - DEVIN TOWNSEND PROJECT - FISH - TOOL - WALTARI - HAMLET - RED ELEVEN - PINK FLOYD - The DRESDEN DOLLS - Peter GABRIEL - MASTODON - PORCUPINE TREE - KILLING JOKE - KING CRIMSON - Amanda PALMER - AMPLIFIER - LIVING COLOUR - SYSTEM OF A DOWN - Steven WILSON - FAIR TO MIDLAND - STOLEN BABIES - LAZULI -

Découvrez également: