Muzak > Mon année 2022 en musique

>  Une année d'albums en 12 émois

Juil.Cave World

VIAGRA BOYS - Cave Worldma note 

Voici un rock belliqueux irrésistiblement drôle qui s'en prend à tous les grincheux de la Terre: les suédois de Viagra Boys frappent un grand coup dans la fourmilière des complotistes en tout genre et nous délectent avec leur punk-rock dégoulinant sur une synthpop trashy et bien grasse. C'est un véritable petit bijou cet album. On retrouve la verve et la hargne d'un Kid Kapichi, l'intelligence des premiers Talking Heads et un gentil bordel musical touche-à-tout qui vous donne un grand sourire jusqu'aux oreilles.
On en redemande! [...]
Le morceau de l'album: Ain't no Thief

JuinClosure / Continuation

En savoir plus

PORCUPINE TREE - Closure / Continuationma note 

On pensait la page Porcupine Tree définitivement tournée mais Steven Wilson, en redécouvrant d'anciennes maquettes écrites avec son batteur, a décidé de donner une nouvelle vie à ces morceaux avec un groupe resserré, en trio.
On replonge dans la continuité de l'univers de "The Incident", qui n'est pas mon préféré. Les compositions sont bien, mais il manque un petit quelque chose, une nostalgie déceptive.
Je reste donc sur ma faim avec cet album, où seul Gavin Harrison se délecte derrière ses fûts. [...]
Le morceau de l'album: Never Have

MaiParticles of the infinite

En savoir plus

Alex Anthony FAIDE - Particles of the infinitema note 

Voici un album pour les fans de King Crimson et de Robert Fripp. En effet, ce guitariste studio s'est fait un petit plaisir avec un exercice de style des plus singuliers: faire un "mash-up" des meilleurs partitions de son idole.
Cet album nous replonge dans les partitions les plus complexes du musicien anglais et nous délivre un patchwork édifiant, voire même stupéfiant, avec toutes ses notes alambiqués qui défilent à toute vitesse dans nos oreilles. Un vrai régal, et assez bien varié pour éviter l'indigestion. [...]
Le morceau de l'album: Particles of the Infinite Pt. IV

AvrilComedian

En savoir plus

WITHOUT WAVES - Comedianma note 

Attention, ce disque risque de provoquer des crises de démences, ou du moins, d'incompréhensions de la part de son auditeur. En effet, Without Waves explore de nouveaux territoires musicaux avec leur math-rock dépressif expérimental. Jouant sur les effets polyrythmique de la batterie mais aussi des guitares, leur rock fait mouche avec ces petites notes et arrangements qui viennent vous titiller le derrière des oreilles, avant que de grands coups de guitares hachées et saturées viennent vous arracher ce qu'il vous reste de neurones.
Du métal comme je l'aime: saignant, animal et cérébral. [...]
Le morceau de l'album: Do What Scares You

MarsOne hour before it's dark

En savoir plus

MARILLION - One hour before it's darkma note 

Je n'attendais plus grand chose de Marillion, les trouvant trop mièvre dans ce rock prog mélancolique qui hésite à franchir le pas du planant de Pink Floyd et refusant de revenir au rock musclé de leurs débuts. Mais avec l'âge, on découvre que le groupe veut sortir de cette impasse tout en restant eux mêmes. Le résultat est magistral, Marillion se fait plus dur avec eux mêmes et nous emmènent au-delà de nos espérances.
Un excellent single ("Murder Machines") pour un excellent album qui me rappelle "Brave" et "Afraid of Sunlight". [...]
Le morceau de l'album: Murder Machines

Fev.Holoceno

En savoir plus

PAPANGU - Holocenoma note 

Papangu est un groupe brésilien qui fait un métal à la fois cérébral et viscéral. Ils nous offrent un ambitieux concept album sur le thème du désastre écologique que subie le Brésil. Pour y arriver, il eur a fallu 7 ans pour trouver l'approche musicale qu'ils souhaitaient. Un disque violent et magmatique, une sorte de Sludge à la Mastodon, avec quelques sonorités de Zeuhl, de progressif des années 70 et de Jazz-Métal.
Un album surprenant à écouter de toute urgence. [...]
Le morceau de l'album: Bacia das almas

Janv.Epigone

En savoir plus

WILDERUN - Epigonema note 

Attendu au tournant après leur splendide précédent album, Wilderun a signé chez un label du groupe Sony pour aller plus loin dans leur prog-métal symphonique en Cinémascope. Et cet opus se veut un peu plus calme (surtout au début), nettement plus folk, mais toujours avec cette grandiloquence des grands mouvements épiques, avec ces quelques bourrasques dissonantes de Death-Métal où tous les instruments sont à fond.
Wilderun confirme donc leurs talents et l'espoir placé en eux. Ils devraient s'ouvrir à un public plus large, malgré une entame bien trop calme, quelques longueurs musicales et un titre pied-de-nez pour indiquer qu'ils regrettent (peut-être) déjà d'avoir perdu leur indépendance… [...]
Le morceau de l'album: Distraction II

< | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | 2019 | 2020 | 2021 | 2022 |

Pour rappel, ces appréciations d'albums reflêtent le moment auquel je les ai découvert. Vous pouvez consulter ma cédéthèque idéale et découvrir mes meilleurs albums de tous les temps.

Découvrez également: