The Liberation de DISILLUSION

DISILLUSION

The Liberation The Liberation (2019) ma note 

Comment se remettre d'un album innovant et acclamé par les critiques du monde entier? Et bien on ne se relève pas, tout simplement. Tel les suisses de Galaad, les allemands de DISILLUSION ne sont pas arrivés à se remettre de l'ovni musical "Gloria", sorti il y a plus de 10 ans de cela.
Il leur a fallu du temps pour se sortir de cette tempête intérieure, et de trouver une nouvelle voie, une nouvelle issue, une libération à leurs tourments.

Après toutes ces années, je n'y croyais plus et l'eP "Alea" paru il y a plusieurs mois m'a redonné du baume au coeur et ravivait une flamme que je pensais éteinte. L'ennui, c'est que j'attendais trop de ce nouvel album après l'énorme "Gloria", un de mes albums favoris. Demande-t-on à un écrivain de nous raconter la même histoire de livres en livres, non! Disillusion a décidé de franchir un nouvel Everest par la face la plus difficile et d'ajouter un troisième chapitre à leur histoire, bien différent de leurs 2 précédents disques.
A la découverte de l'album, j'avoue ma déception, et il m'a fallu attendre un certain temps, le temps que je digère ma frustration d'un phantasme impossible, pour me replonger dans cet album et en découvrir sa splendeur et sa force!

Ce "Liberation" est beau comme l’Écosse: rugueux et splendide. Son climat est changeant, pertubé, sous de gros nuages gris inquiétant entrecoupées de splendides éclaircies, on découvre un relief tout aussi tourmenté. Au détour d'un couplet, vous plongez dans un nouvel univers musical, passant de musique aussi varié que le post-métal, métal progressif, le progressif planant et le death-métal.
Cet album est un peu comme le dernier Tool, on y découvre ce que l'on apporte. Pour ceux qui connaissent le groupe, il faut écouter l'album une fois, l'oublier et le découvrir à nouveau. Pour ceux qui découvrent le groupe et l'album, je vous invite à un splendide voyage; faits de furieux moments et de splendides accalmies. Andy Schmidt varie son chant, entre une rugosité ténébreuse, et une clairvoyante voix "à la David Gilmour" sur les moments les plus calmes.
DISILLUSION s'est libéré de son lourd héritage et a ouvert une une brèche entre le post-métal et leurs origines Death-Métal.


Informations sur l'album:

  • La Track-list:
    1. In Waking Hours 02:10
    2. Wintertide 12:37
    3. The Great Unknown 05:53
    4. A Shimmer In The Darkest Sea 07:31
    5. The Liberation 12:03
    6. Time To Let Go 05:47
    7. The Mountain 12:22
  • Informations:
    • Sortie le: 6 septembre 2019
    • Produit par:  Disillusion
    • Sur le label: Prophecy Records
  • Genre: Death Post-metal
  • Site officiel: https://disillusion.de
  • Spotify : The Liberation
  • Le meilleur titre: Wintertide
  • Extrait en écoute:

revue de mes albums chroniqués ces dernières années:

2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | 2019 | 2020 |  }

Mes artistes de préférence

ART AGAINST AGONY - MARILLION - KING CRIMSON - PINK FLOYD - KILLING JOKE - SYSTEM OF A DOWN - Steven WILSON - DISILLUSION - Peter GABRIEL - DEVIN TOWNSEND PROJECT - David BOWIE - LIVING COLOUR - INTERPOL - FILTER - SHINING - PORCUPINE TREE - DREAM THEATER - WALTARI - GALAAD - The DRESDEN DOLLS - STOLEN BABIES - AMPLIFIER - Amanda PALMER - HAKEN - YES - THE THE - VAN DER GRAAF GENERATOR - GENESIS - FAIR TO MIDLAND - NINE INCH NAILS - HAMLET - TOOL - FISH - MASTODON - LAZULI - RED ELEVEN -

Découvrez également: