Vector de HAKEN

HAKEN

Vector Vector (2018) ma note 

Haken est devenu une des références dans le métal progressif. Avec le temps, Ils ont su démontré peu à peu leur technicité qu'il leur faisait défaut à leurs débuts. Ils ont surtout maintenu la qualité dans la créativité et l'approche mélodique. Le sens du bon refrain, du bon riff, de la bonne nappe de synthés et une basse groovante sautillant du Jazz au Djent.
Avec ce nouvel album, Haken nous délivre ici leur album le plus incisif. On ressent d'emblée deux influences: celles de Dream Theater et de jeunes groupes comme Periphery, Leprous ou encore Between the Buried & Me; tout d'abord le fait d'avoir fait parti des musiciens de la série de concert du projet Mike Portnoy's Shattered Fortress et puis d'avoir choisi comme producteur l'ancien bassiste de Periphery Adam "Nolly" Getgood.
Haken se trouve au croisement de 2 styles, et la volonté de cet album est d'en créer un vecteur commun, et prendre le flambeau du métal progressif à Dream Theater, qui n'est plus l'ombre de lui-même depuis le départ de Mike Portnoy... A en lire les critiques, c'est un pari réussi mais je trouve que cette victoire a fait perdre un peu d'âme au groupe.
Album plus consistant et plus exigent techniquement, le groupe délivre une cadence infernale avec quelques beaux moments de répits, digne du rock progressif, et la créativité qu'il faut, comme par exemple en incluant un passage electro trip-hop. On retient surtout une sorte de fuite en avant dans la rapidité et la technicité. J'en décèle les premiers méandres dans lesquels s'est engouffré Dream Theater. A vouloir aller trop vite et prouver sa technique, c'est bel et bien l'aspect mélodique qui est en recul. Dans les précédents albums, Haken se contentait d'un seul morceau à "bravade". Là, hormis le calme "Host", ils sont tous à fond techniquement. Pour tenir cette cadence, la facilité du chanteur est de monter le ton de sa voix et là, Ross Jennings chanterait presque comme James Labrie. C'est un peu trop aigue pour mes oreilles et ce n'est pas sûr qu'il puisse tenir aussi bien sur scène. Ce chant trop haut vient saturer mon écoute et apporte moins de profondeur aux compositions.
C'est un bon album mais j'ai un vague sentiment qu'Haken est trop dans la lignée de Dream Theater, avec ce risque qu'ils se perdent vite dans les méandres techniques dans lesquels s'est noyé Dream Theater.

Informations sur l'album:

  • La Track-list:
    1. Clear (01:57)
    2. The Good Doctor (03:58)
    3. Puzzle Box (07:45)
    4. Veil (12:41)
    5. Nil By Mouth (07:11)
    6. Host (06:47)
    7. A Cell Divides (05:00)
  • Informations:
    • Sortie le:  26 octobre 2018
    • Sur le label: InsideOut Music
    • Produit par: Adam "Nolly" Getgood
  • Genre: Métal progressif
  • Site officiel: https://www.hakenmusic.com/
  • Spotify : Vector
  • Le meilleur titre: Veil
  • Extrait en écoute:

  • revue de mes albums chroniqués ces dernières années:

    2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | 2019 |  }

    Mes artistes de préférence

    KILLING JOKE - SYSTEM OF A DOWN - DEVIN TOWNSEND PROJECT - Amanda PALMER - HAMLET - GENESIS - TOOL - NINE INCH NAILS - MARILLION - ART AGAINST AGONY - David BOWIE - HAKEN - KING CRIMSON - INTERPOL - MASTODON - SHINING - VAN DER GRAAF GENERATOR - FISH - The DRESDEN DOLLS - Peter GABRIEL - LAZULI - AMPLIFIER - STOLEN BABIES - YES - FAIR TO MIDLAND - RED ELEVEN - PINK FLOYD - LIVING COLOUR - GALAAD - Steven WILSON - WALTARI - FILTER - PORCUPINE TREE - THE THE -

    Découvrez également: