Pharos de IHSAHN

IHSAHN

Pharos Pharos (2020) ma note 

Il arrive que les monstres nous dévoilent leur cœur caché dans leur bosse. Et c'est le cas avec le nouvel opus d'Ihsahn, l'ancien chanteur du groupe de black-metal "Emperor", connu par ses pairs pour sa voix crépusculaire. Depuis qu’il est en solo, le norvégien nous a démontré que son chant était véritablement cornélien, avec la noirceur du corbeau et l'angélisme de l'oiseau, où derrière ce plumage satanique se cache de splendides envolées lyriques.

Ce mini album fait suite et répond au précédent eP, paru quelques mois plus tôt. Ces 2 opus ont la même structure: 3 compositions originales et 2 reprises. "Telemark" était résolument métal, sombre, focalisé sur la noirceur du chant black-métal. "Pharos" se veut calme et aérien, ouvert sur un chant clair.
De son vrai nom d'artiste, Vegard Sverre Tveitan, se met à nu et revisite les codes de la pop atmosphérique, en y ajoutant de splendides arrangements symphoniques. On y décèle ses tourments, toute son émotion et sa sensibilité à fleur de peau pour le plus grand plaisir de nos oreilles.
C'est un peu comme si Michel Fourniret vous ouvrait son cœur et vous chantiez une comptine pour que vous rêviez à l'innocence de votre enfance... avec certes cette menace planante de vous laisser tenter par le bonbon défendu...
Car oui, derrière ces splendides mélodies, le mal(e) guette, une noirceur étincelante nous émerveille, tel un phare déchirant la nuit, pour reprendre l'image et le titre de ce mini-album. Comme il le dit dans le magnifique "Spectre at the feast", "la pratique de l'harmonie est une chose délicate où la tension dans les doigts exerçant la pression sur la corde doit respecter un certain code, qui dépend plus de la prononciation que du message, si on ne veut pas que la bête ne prenne le dessus". Et c'est toute la vie d'artiste du norvégien qui y est résumé. Il a laissé la bête prendre le dessus dans sa jeunesse avec son groupe Emperor et ce n'est que maintenant qu'il arrive à la maitriser.

Les fans historiques seront sans doute déçu par cette mièvrerie (qui n'en est pas une!). La preuve, il suffit d'écouter la reprise du tube de A-ha, interprété par son pote Einar Solberg (le chanteur de Leprous), qui vient transcender la version originale, amplifiée par un riff de guitare des plus classieux.
Pour revenir à l'image du Phare, j'ajouterai celle de l'éclipse, ce moment où la lumière ne se diffuse plus, et un silence de quelques instants s’abat sur la nature tant cet absence de lumière inquiète et émerveille. Ce "Pharos" est cet instant fugace de clair-obscur et de calme dans la discographie bruyante du viking. C'est un pur joyau de pop-rock mélodique de première classe que je conseille aux jeunes filles qui ont mal tournés, mais surtout à celles qui finalement n'ont pas osé, et bien évidemment aux chevelus et poilus de toute longueur...

Informations sur l'album:

  • La Track-list:
    1. Losing Altitude - 4:06
    2. Spectre At The Feast - 4:19
    3. Pharos - 5:46
    4. Roads (PORTISHEAD)5:32
    5. Manhattan Skyline (A-HA) - 4:51
  • Line-up:
    • Voix: Ihsahn, Einar Solberg (Manhattan Skyline)
    • Guitares: Ihsahn
    • Basse: ?
    • Batterie: Tobias Solbakk
  • Informations:
    • Sortie le: 11/09/2020
    • Produit par: Ihsahn
    • Sur le label: Spinefarm Records
  • Genre: Rock mélodique
  • Site officiel: http://www.ihsahn.com
  • Spotify : Pharos
  • Le meilleur titre: Spectre at the feast
  • Extrait en écoute:

revue de mes albums chroniqués ces dernières années:

< | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | 2019 | 2020 | 2021 |  }

Découvrez également: