Epigone de WILDERUN

WILDERUN

Epigone Epigone (2022) ma note 

Wilderun était attendu au tournant avec ce nouvel album, d'autant plus qu'entre-temps, ils se sont décidés à signer avec une maison de disque (Century Media Records en l'occurrence, label métal affilié à Sony). Et avec ce titre énigmatique, on pourrait se demander s'ils ont su bien gérer cette courbe difficile de leur carrière, ou bien rester dans leur style en nous offrant une resucée de leur splendide précédent album, Veil of Imagination (2019).
En effet, pour ceux qui méconnaissent leurs lettres classiques, un épigone est un héritier, un successeur d'un artiste (un écrivain), qui reprend le style de son maître mais sans aucune originalité. Les membres de Wilderun voudraient-ils nous dire qu'ils nous offrent là une pale copie de leur précédent album, et qu'ils admettent que leur indépendance (ils ont auto-produit leur 3 premiers disques) leur manque déjà? Non, je n'en suis pas si sûr.
D'une part, ce sont bien eux qui produisent: la maison de disque ne leur a pas imposé un producteur. Et d'autre part, leur style continue d'évoluer vers un style moins mouvementé et plus folk.

Wilderun développe dans ce nouvel album un style plus atmosphérique, avec une forte connotation folk, comme l'en témoigne la première ballade et le monstrueux et somptueux "Woolgatherer". L'entame est longue, une première petite ascension du rythme dévoile la puissance de leur harmonie, mais retombe dans l'ambiance folk. Il faut attendre un peu pour retrouver le grand Wilderun que l'on connait: ce métal symphonique, avec cette grandiloquence des grands mouvements épiques, entrecoupés de quelques bourrasques de Death-Métal où tous les instruments sont à fond à un rythme effréné et dissonant. Le morceau suivant est quant à lui le plus proche du précédent album: "Passenger" pourrait très bien y figurer. C'est presque le meilleur morceau, même s'il manque ici où là, ce riff ou cette rythmique qui m'a fait tant adoré leur précédent disque. "Identifier" est comme son nom l'indique, le morceau le plus représentatif de l'album: folk, atmosphérique et grandiloquent. On note également la mise en avant des solos de guitares, merveilleusement bien interprétés, et qui apportent une ambiance planante et atmosphérique.

A chaque écoute des albums de Wilderun, j'ai un peu l'impression d'être Peter Jackson survolant sa Nouvelle-Zélande à la recherche de paysage somptueux pour nous compter les histoires de Tolkien. La musique de Wilderun est ce qu'était au cinéma le cinémascope: une vue large et grandiose pour mettre en lumière la splendeur des territoires vierges et infinis. On survole les vertes contrées du folk, les collines rougissantes de plaisir et l'ascension monumentale de montagnes bien rocheuses. C'est une musique ou il faut garder les yeux grand fermés et s'engouffrer dans leurs orchestrations de premier ordre.
C'est un peu dommage que les 4 morceaux "Distraction" ne soient pas si bien agencés, et c'est sans doute pour cela qu'il est coupé en 4 morceaux distincts. Il y a certes un fil conducteur entre les morceaux, mais il manque de parfaites transitions, raison pour laquelle le morceau est bien découpé en 4. Et difficile de faire son choix entre la troisième et deuxième distraction (à l'intro très inspirée par Porcupine Tree / Steven Wilson).

Wilderun réussie donc son pari d'apporter de la nouveauté dans sa musique. On regrettera quand même la playlist: l'entame "exhaler" bien trop mièvre, trop folk et qui aurait mérité de conclure l'album, ainsi que ces intermèdes musicales qui n'apportent rien ("Ambition"; "Distraction Nullar") ou la reprise du morceau d'introduction. Pour conclure sur note très positive, il faut les féliciter pour cette énorme reprise de "Everything in its right place" de RADIOHEAD. C'est le morceau minimaliste par excellence, qui se retrouve violenté et magnifié en Epic-Métal: une grande réussite, preuve de la qualité et du génie de ces 4 garçons du Massachussetts.


Informations sur l'album:

  • La Track-list:
    1. Exhaler - 4:44
    2. Woolgatherer - 14:11
    3. Passenger - 9:58
    4. Identifier - 11:32
    5. Ambition - 2:40
    6. Distraction I - 4:56
    7. Distraction II - 5:39
    8. Distraction III - 5:45
    9. Distraction Nullar - 3:14
    10. Everything in its right place - 3:56
    11. Exhaler (Synth mix) - 4:32
  • Musiciens:
    • Chant et guitares acoustiques: Evan Anderson Berry
    • Guitares: Joe Getter
    • Guitares et Orchestration: Wayne Ingram
    • Basse et Claviers: Dan Müller
    • Batterie: Jon Teachey
  • Edition:
    • Sortie le: 
    • Produit par: Wilderun
    • Sur le label: Nuclear Blast / Century Media Records
  • Genre: Epic Folk Prog-Metal
  • Site officiel: https://www.wilderun.com/
  • Spotify : Epigone
  • Le meilleur titre: Distraction II
  • Extrait en écoute:

revue de mes albums chroniqués ces dernières années:

< | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | 2019 | 2020 | 2021 | 2022 |  }

Découvrez également: