Weltschmerz de FISH

FISH

Weltschmerz Weltschmerz (2020) ma note 

Avec Marillion, Fish scandait les foules à retrouver "les poètes, les prophètes de la fraternité et les visionnaires voulant percer l'aube des sentiments mercenaires". Et bien près de 40 ans après, Fish nous délivre un amer constat en forme de testament. Car ce dernier album est son ultime: il tire sa révérence et souhaite désormais se consacrer à l'écriture (livre/cinéma) et au jardinage.
En ces temps de réclusion vespérale, il nous laisse donc un splendide album au nom énigmatique de "Weltschmerz", terme allemand désignant "Douleur du monde", sentiment aigre qu'il ressent depuis ces dernières années et qu'il a voulu couché sur bande numérique.

Il a mis plus de 5 ans à faire cet album avec l'aide de nombreux musiciens. On y retrouve ses acolytes de ces dernières années, à savoir Robin Boult et Steve Vantsis, avec le retour de Foss Patterson sur un morceau. Pour le reste, Fish a fait appel à la fine fleure du rock progressif anglais, avec les batteurs Craig Blundell (ex-Steve Hackett) et Dave Stewart, le saxophoniste David Jackson (Van Der Graaf Generator), le guitariste John Mitchell, Doris Brendel aux choeurs, Mikey Owers aux arrangements et cerise sur le gateau, Steven Wilson. Certains morceaux ont déjà été édité en 2018 (Parley) mais ce hors d'oeuvre à cet ultime festin a bien changé, comme en témoigne ces nouvelles boutures.

Weltschmerz parle donc du mal de notre monde, de ce monde qui ne tourne plus rond et l'on sent que le chanteur n'est plus en haut de sa tour, de sa colline (The Hill de Vigil in a Wilderness of Mirrors), il est dans la masse avec tous ses concitoyens du mondes, avec la réfugiée syrienne, avec ces gens atterrés par le fanatisme et l'aveuglement de certains. Mais il est surtout auprès de ses proches. Fish écrit enfin sur l'intime, pas sur la femme battue derrière son mur, où l'amour romantique perdue, non, il nous parle de la maladie et de la vieillesse comme ces 2 titres magnifiques sur son père, avec le thème de l'Alzeihmer (Garden of Remembrance) et sur l'acharnement thérapeutique (Grace of God) où l'on préfère garder en vie, quoiqu'il en coûte, ceux qui nous ont justement mené au bord de ce gouffre social, économique, écologique, politique et religieux... .
Outre cette fantastique plume et ce timbre de voix grave et chaleureux, Fish a su trouvé des mélodies à mi chemin entre ce qui a toujours été ses influences: la musique traditionnelle écossaise, la folk, le rock et bien entendu le rock progressif. Avec l'aide de la choriste Doris Brendel (qui nous rappelle les belles heures de "Clutching at Straws" avec Tessa Niles), Fish apporte une dimension très pink-floydienne. Avec également cette mise en avant de la guitare sèche, on est dans un genre de folk-prog de première ordre. Un bien bel album (plus de 80 minutes!) pour terminer une carrière.
Et pour les fans l'album est agrémenté d'un livret de près de 100 pages avec des dessins et croquis de son ami de toujours, Mark Wilkinson, le créateur des pochettes des premiers Marillion: encore un album à écouter tard le soir, le casque engoncé, un bon verre dans la main et l'autre sur ces feuillets remplis de mots et dessins d'une puissance insoupçonnée.
Merci l'artiste.

Informations sur l'album:

  • La Track-list:
    1. Grace of God (8:19)
    2. Man with a Stick (6:27)
    3. Walking on Eggshells (7:18)
    4. This Party's Over (4:22)
    5. Rose of Damascus (15:45)
    6. Garden of Remembrance (6:07)
    7. C Song (The Trondheim Waltz) (4:41)
    8. Little Man What Now? (10:54)
    9. Waverley Steps (End of the Line) (13:45)
    10. Weltschmerz (6:51)
  • Line-up:
    • Voix: Fish
    • Guitares: Robin Boult & John Mitchell
    • Basse: Steve Vantsis
    • Claviers: Foss Paterson, Liam Holmes & Steve Vantsis
    • Batterie: Craig Blundell et Dave Stewart
  • Informations:
    • Sortie le: 25/09/2020
    • Produit par: Calum Malcolm
    • Sur le label: Chocolate frog
  • Genre: Prog-folk
  • Site officiel: https://fishmusic.scot/
  • Spotify : Weltschmerz
  • Le meilleur titre: Weltschmerz
  • Extrait en écoute:

revue de mes albums chroniqués ces dernières années:

< | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | 2019 | 2020 | 2021 |  }

Découvrez également: